Une des dernières soirées de Carnaval

Pièce étonnante qu’ « une des dernières soirées de carnaval » : une partie de cartes occupe tout l’acte II et un repas la quasi-totalité de l’acte III, et pourtant que de mouvements, que d’effervescence ! On s’y pâme, on y roucoule, on s’y interpelle, on s’y invective en un tourbillon incessant qui nous laisse, spectateurs enchantés, sans répit. Des couples qui se déchirent et qui s’adorent, et qui s’aimeront encore la pièce finie ; d’autres couples qui se formeront en toute fin de partie, d’une façon presque improbable. Parmi tous ces personnages, que l’on compte sur les doigts des trois mains, comment oublier la tempétueuse, extravagante, ridicule, émouvante, pathétique, enjôleuse et triomphante madame Gâteau, comment ne pas repenser au jeune couple fusionnel à la jalousie ravageuse, au benêt amoureux, aux amants de comédie et leur gentil papa, au trépidant et arlequinesque Momolo ; tous ces personnages portés par des acteurs remarquables, vifs et enjoués comme il faut l’être dans ce Goldoni léger comme une aria vénitienne, où les actrices jettent au public, sous leur maquillage de carnaval, leur charme incandescent qui crépite et ensorcelle (ah, la jeune, pétulante et farfelue jalouse, quel charme !) jusqu’au ballet final dont les notes, comme échappées d’une fraîche coupe de champagne, noient dans leur joyeuse cascade les ultimes répliques d’une folle soirée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s